Half Marathon des Sables 2018 by Samuel

Samuel Degoute nous raconte son Half Marathon des Sables en tant que finisher

Samuel, coach spécialiste running « dans la vraie vie », revient sur son aventure du HMDS 2018, aventure autant humaine que sportive !

 

1ère étape :

Nous nous réveillons mon coloc de chambre @rodbook_tritrailandrun et moi un peu fatigué. En effet, la veille n’a pas été de tout repos surtout pour lui puisque sa valise est restée à Orly. Mais après un appel aux dons général, il a pu tout de même prendre le départ! L’aventure humaine avait déjà commencé!

Beaucoup d’émotion de mon côté puisque c’est la 1ère fois depuis plus de 7 ans que je remettais un dossard, partagé entre stress et excitation!

Viens l’heure de monter dans le bus qui nous amène jusqu’à la ligne de départ. Bizarrement, l’ambiance bruillante des 1er Km laisse place au silence plus notre destination approchait!

Le temps de régler les derniers détails, le pipi de la peur et nous voilà dans le sas de départ pour le briefing qui nous paraît interminable, nous sommes tous tels des lévriers dans leurs box avant un départ!! 😉

Ça y est derniers encouragements autour de nous, un peu stressé aussi pour ma petite @just_in_run et sa maman @maysixtysix pour qui j’espère tout ira bien!

Les 1ers Km sont prudents, juste focalisé sur ce sac qui pèse un âne mort et surtout sur l’allure que je dois freiner toutes les 5’ tellement le rythme me paraît bas!
En même temps le parcours est assez technique sur le début et nous force à marcher voir attendre notre tour pour passer.
Mais méfiance, l’arrivée finale est encore loin et ce genre de course se réalise sur le frein à main pour finir!

La 2ème partie de course se résume en un long faux plat montant, qui ne paraît rien mais qui sous une chaleur approchant les 38 degrés sans aucun souffle d’air devient rapidement très difficile.

Puis nous arrivons en bas d’une énorme dune de sable, on peut entendre au loin la musique de la ligne d’arrivée. Me disant qu’elle est proche, j’accélère un peu le rythme, un peu frustré par la vitesse du jour mais aussi tellement j’ai hâte de découvrir le bivouac!

Erreur!!! ☠️☠️ au bout de quelques minutes apparaît le panneau « dernier Km » qui durera des plombes, donc ou c’est moi qui suis vraiment à la rue, ou c’est le panneau qui est à 2 bornes de sa véritable place! 😉

Ça y est le dernier virage laisse apparaître la fameuse arche d’arrivée!
Tellement content de pouvoir envoyer la 1ère photo d’arrivée à mon petit garçon qui m’attend à la maison! Mais manque de chance, personne à l’arrivée pour prendre cette photo et j’ai même droit à une très belle chanson de Bashung qui s’est incrustée je ne sais comment sur une playlist d’arrivée!! 😂😂😂
Mais l’essentiel est ailleurs, je retrouve mon coloc juste derrière et avec qui j’ai fait toute la course, puis tous les autres arrivent, nous permettant enfin de nous installer et de profiter de notre très joli camp de base!
La véritable découverte commence autour des popotes où tout le monde se raconte sa vie, d’où il vient et se qu’il est venu chercher!
Mais rapidement la pression de la grande étape du lendemain apparaît et tout le monde rejoint ses quartiers pour récupérer un maximum.

samuel-degoute-hmds

 

2ème étape : 66,7Km

C’est le gros morceau de l’épreuve, tout le monde en parle depuis le début, se demandant comment nous allons pouvoir gérer une telle distance et surtout dans ces conditions.

Le roodbook, que nous avons eu au début de l’aventure était assez clair, il annonçait l’enfer à ceux qui n’avaient pas travaillé dans le sable et le dénivelé!

Pour ma part le réveil est assez difficile et les 1ères minutes plutôt énervantes.
En effet, j’ai eu la super idée de retirer mes lentilles la veille au soir et au moment de les remettre, comment dire…du sable, du sable et encore du sable!!
Vraiment une très grosse galère qui dure presque 1h! Je me voyais déjà faire cette longue étape avec une vision de taupe!!
L’angoisse! Mais bon je fini par y arriver!

Dès le début de l’épreuve, je me mets avec mon coloc préféré @rodbook_tritrailandrun et nous partons plutôt cool.

Nous passons les 1ères difficultés sans trop de problème avec une descente de dune à bloc, un moment très cool et très grisant!
Par la suite, l’océan se rapproche, un petit passage technique engendre un bouchon qui s’explique par une gentille dame qui marche tranquille dans la descente mais qui ne veut apparemment pas se mettre sur le côté, bref, on ne lui en voudra pas, elle doit être en stress!

Nous arrivons enfin sur la plage!
Des Km de plage de sable fin à perte de vue!! Magnifique!

Ma tactique de course sur la journée me paraissait très simple. Avancer le plus rapidement possible avant les grosses chaleurs, gérer les dénivelés positifs et envoyer dans les descentes et le plat!
Il en sera tout autrement.

Dès Le 8eme km, je ressent les 1er effets de la chaleur avec l’envie de vomir qui monte et j’en passe.
Pendant ce temps, mon partenaire de choc connaît quelques petits soucis avec son sacs, on fait un peu le yoyo.
Le sable que je pensais dur au bord de l’eau ne l’est finalement pas tant que ça!
On avance tant bien que mal mais je suis obligé de ralentir le rythme. Je veux avant tout finir et ce serait prendre un trop grand risque de ne pas écouter les 1ère alertes de chaleur.

Le voile nuageux que nous avions depuis le départ s’estompe peu à peu et la chaleur redouble d’intensité.
Les premiers reliefs passent sans trop de souci mais je suis vraiment frustré de devoir courir au ralenti! Le mental en prend un coup!
J’arrive ensuite au niveau du CP4 et je fais une pause qui finalement s’éternisera, je souffre vraiment de la chaleur et j’ai même des vertiges et plus du tout faim!
Je décide de rester là, au total j’y passerai 45’, à chaque fois que je veux repartir mon corps me dit le contraire. Je vois passer plein de concurrents dont les potes @runbyemma , @runikos et la toujours souriante @foutrak .
Je décide enfin de repartir lorsqu’ils arrivent.
Je retrouve finalement des sensations, la grosse ascension qui suit se passe très bien et je fais la descente en courant pleine balle.
La nuit arrive vite et je rejoins le CP5 lorsque le soleil se couche!

Encore une fois, mon corps me donne des signes peu encourageant et me demande de m’arrêter !
Je ne resterai finalement que quelques minutes reprenant mon habitude de verrouiller mon cerveau !
Juste le temps de croiser mon sauveur. Sans même le contrôler, je sors un « je mangerai bien du saucisson » et là un homme avec un accent bien du sud ouest me dit « tiens petit » et le tant quelques rondelles de ce saucisson que j’implorai! 😉 Elles arriveront finalement aux alentours des 6h du matin.
Je le remercie chaleureusement et repars sans tarder!
La fin de cette étape se résume à une nouvelle plage interminable durant laquelle je fais des exercices de méditation que je pratique chaque jours d’ordinaire et qui me permettent de rester concentré et surtout m’évitent de m’ancrer dans des pensées négatives!
Une dernière ascension et encore une fois dans laquelle je suis très à l’aise puis un long faux plat qui mène au CP6, l’ultime!
Je ne m’y arrête que 30 secondes et repars!
La ligne approche de plus en plus et enfin elle apparaît!
Je termine cette étape vers minuit après 15 h de course!

Je rentre vite dans la tente pour enlever mes vêtements et les chaussures qui laissent apparaître une très belle ampoule qui me fait bien mal!
Puis je m’assoupis quelques instants et me réveille en sursaut!
Il faut que je retourne sur la ligne pour voir si @maysixtysix et @just_in_run sont rentrées!
Après de longues heures d’attente, elles franchissent la ligne aux alentours des 6h du matin!
L’émotion est juste incroyable, tout le monde est en larmes, même mes yeux commencent à couler et un sentiment de fierté incroyable m’envahit!
La fierté que la petite Juju que je ne connaissais pas il y a encore 3 mois et grâce à qui je suis en train de réaliser ce rêve qu’est le half Mds, soit en train de terminer la plus grande difficulté de sa jeune carrière de Runneuse!!

Les minutes passent et la pression redescend et je rejoins ma tente très vite pour m’y endormir en un instant!!
La nuit sera très courte!

samuel-degoute-finisher-hmds

CR : 3ème jour : RÈCUP

Après être arrivé vers minuit la veille et attendu @maysixtysix et @just_in_run qui sont arrivées aux alentours des 6h du mat avec un moment très riche en émotions, j’ai passé une nuit très courte, d’environ 1h30.

La journée allait donc se placer sous le signe de la récup.

Quand je sors de ma tente, enfin je tente de le faire et il me faudrait l’aide d’un palan tellement j’ai les jambes raides, un moment assez particulier, chacun découvre certaines tentes vides autour de son campement, les malheureuses victimes de la dures journées d’hier qui n’ont malheureusement pas pu finir dans les temps ou ont renoncés.

Pas loin de 60 personnes ne termineront finalement pas cette étape, indiquant la difficulté à la fois physique et mentale de cette journée mais aussi des conditions climatiques extrêmes!

Par chance, cette journée de récup est assez nuageuse voir même un peu fraîche au regard de celle d’hier et d’avant-hier!
On ne peut qu’en être content!

1ère chose à faire, réparer les traces des efforts des jours précédents donc mère, fille et moi-même nous rendons au niveau de la tente médicale et heureusement nous y arrivons quasi en 1er ce qui nous a évité de longues heures d’attentes malgré des médecins au top qui donnent vraiment sans compter!

De mon côté, une seule ampoule mais, une belle bête comme on dit chez moi!!
Impossible de marcher normalement, la dernière étape s’annonce épique!! 😉

La journée se poursuit en mode chill, chacun se raconte ses péripéties de la veille et personnellement c’est une journée vraiment qui marque la différence avec d’autres courses car elle permet de réellement découvrir des gens venus du monde entier, de la France entière 🇫🇷 chacun avec sa petite histoire et vraiment un moment de partage qui font du @halfmds une course à dimension humaine hors du commun! Rien que pour ça, il faut essayer!! 😉

Petite surprise de l’orga, un pickup arrive pleine balle avec à l’arrière du coca pour tout le monde!!
Dans une aventure où on mange du lyophilisé et où on ne boit que de l’eau c’est LA récompense!!
Et bizarrement il n’a pas le même goût qu’à l’habitude, comme si les goûts avaient changés!! La preuve que notre corps s’adapte à une vitesse folle!!

Grosse sieste X4 durant la journée avec la super idée de l’orga de nous mettre à disposition des @fatboy_original qui sont bien plus confortables que nos tapis de sol!! 😉

La journée passe très vite et chacun à déjà dans la tête l’étape de demain qui fera de nous ou non des finisher!! .
Pour finir la journée en beauté, mon coloc de luxe @rodbook_tritrailandrun vient m’offrir un petit paquet de @mmschocolate , je pense qu’il a compris à force que je le répète qu’il me manque du chocolat sur cette aventure!! Ça le fait un bien fou et m’aide à rejoindre ma tente avec le sourire et me fait oublier un peu que ce soir là ça caille sévère!!
Tout le monde rejoins ses quartiers rapidement avec déjà l’envie d’être au lendemain pour en découdre une dernière fois!!
Une nuit qui se révèlera très agitée!!

samuel-degoute-hmds-finisher

CR : 3ème étape :

Gonflé à bloc avant de passer ma dernière nuit en autosuffisance, je vais me coucher tôt, prêt à en découdre lors de l’ultime étape de cette belle aventure. Il faut dire que je gardais un goût un peu amer de cette longue étape lors de laquelle j’avais dû courir avec le frein à main, très touché par cette chaleur accablante pour laquelle généralement j’ai plutôt une très bonne tolérance! Il faut croire que l’âge joue aussi sur ce genre de facteur!! 😂

Mon sac était déjà prêt, le ménage de mon super loft déjà fait et mes petites affaires de course bien pliées comme le ferai un enfant la veille de la rentrée des classes.

Finalement, ce qui devait être une nuit reposante se transformera en une nuit de 4h car en effet, impossible de trouver le sommeil, je regarde 1 fois, 5 fois, 10 fois le road book pour assimiler chaque petits détails et j’essaie de visualiser l’étape comme s’il s’agissait de la finale des championnats du monde!! N’y voyez pas là un manque d’humilité de ma part, je sais très bien que le classement est déjà bouclé depuis la veille avec la longue étape! Non!
Il s’agit juste de moi contre moi!
Comme à chaque fois que je participe à une course, je suis surtout en compétition avec moi-même, toujours habité par cette envie de me dépasser et à la recherche de l’optimisation maximale de mes capacités même si celles-ci, après une préparation si courte ne sont pas au top!
Bref, quand les 1ère tentes s’ouvrent, je suis déjà en tenue et pour une fois pas en retard!! 😉

Un vent de nostalgie souffle sur le camp au moment où nous le quittons pour rejoindre les bus qui nous amènent au départ déporté de la 3ème et dernière étape! Nous nous rendons tous compte que cette super aventure, aussi courte soit-elle, touche bientôt à sa fin.

Nous nous retrouvons enfin sur cette ligne que j’attends depuis des heures, l’ambiance est très sympa, surtout quand on est entouré de @foutrak @just_in_run @maysixtysix @runikos @__fiio @runbyemma @candice_en_baskets @mika_tritraining34 et évidemment l’éternel @rodbook_tritrailandrun
Chacun annonçant ce qu’il comptait faire sur cette étape en fonction de ses envies mais aussi en fonction de son état!

Le temps d’un dernier briefing et c’est partie!!

Je mets de longue minutes à remonter le peloton car j’ai préféré profiter des derniers instants avec mes camarades d’aventure, m’obligeant à doubler dans les fossés et à faire des dépassements un peu sauvages!

Ça y est j’ai la voie libre devant moi, prêt à tout donner!
Je rejoins assez vite un petit groupe qui, au vue du rythme imposé, a les mêmes intentions que moi et dans lequel se trouve @delphine_et_ses_baskets toujours aussi fringante!

Nous arrivons dans ce qui s’avérera comme le plus gros défi technique, physique et le plus gros supplice pour nos articulations et pieds encore meurtris de la dernière étape.

Un champ de lave, des petites boules de lave, à perte de vue, aussi coupantes qu’instables, obligeant à une concentration de tous les instants!

Puis arrive le 1er ravito auquel je ne m’arrête que quelques secondes juste pour remplir mes gourdes et me mettre 1 bon litre d’eau sur la ganache!

Les kilomètres passent à une vitesse incroyables, j’ai des cannes, le cardio est ok et la chaleur… non pas cette fois!! 😉

Plus les Km passent et plus j’accélère, je cours vers la dernière difficulté de la journée, une montagne bien raide qu’il faut gravir pour ensuite plonger vers l’arrivée et l’hôtel Playitas!!

Je profite du dernier ravito pour sortir mes bâtons qui me seront d’une très grande utilité lors de cette ultime difficulté!

Je me suis juré de courir tout au long de la montée et ça peu importe mon état, je veux me déchirer, ne rien laisser au fond, juste pour moi!

Je rentre comme une balle dans la pente et j’appuie aussi fort que je peux sur les bâtons à chaque foulée.
Je pense que c’est le moment de l’aventure où je me sens le mieux, mon coeur est en train de s’arracher, mes jambes en feu, mes bras…je ne les sens même plus, bref le rêve!! 😂😂

J’arrive enfin en haut, après avoir laissé un petit cadeau digestif sur l’un des derniers rochers de l’ascension, oui c’est mon côté généreux!! 😉

Et là, devant moi se profile la ligne d’arrivée!! Une belle descente, un peu de plage et j’y suis!L’émotion arrive d’un coup, les poils qui s’hérissent, les yeux un peu mouillés, voilà pourquoi nous vivons ce genre d’aventures, pour ressentir ce genre d’émotions indescriptibles!

La descente se passe sans encombre et je file vers cette ligne qui me tend les bras! Plus aucune douleur, juste de la joie, du bonheur, une sensation indescriptible qui est vraiment à la hauteur des efforts concédés pour l’atteindre!!
Je finis cette étape à la 52ème place en 2h34 pour couvrir les 22,7 Km de cette dernière étape! Mais ça ce n’est pas très important!
Maintenant que j’ai franchi cette ligne, le principal c’est accueillir les potes, les uns après les autres pour profiter ensemble de cette victoire aussi personnelle que collective!!

Pour le reste, les photos parlent d’elles-mêmes!! 😉

samuel-degoute-finisher

 

Vous avez aimé cette histoire de course ? Offrez une médaille à @samueldegoute en cliquant sur la médaille ci-dessous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *