Marathon d’Amsterdam by Johann

Johann-marathon-amsterdam

Johann nous raconte en détail son Marathon d’Amsterdam, couru entouré des siens ! Une experience hors du commun, commune à tous les marathoniens ! Bravo Johann, tu es entré dans la grande famille des marathoniens !

Vraiment l’expérience de DINGUE !!
Je vais encore une fois remercier mon beau frère (Micael Tinoco) qui m’a remis le pied à l’étrier et permis de reprendre ma santé en main. Merci d’avoir rallumé l’étincelle.
Super groupe avec Yano Simon et Christopher Baronnat !! Avec des objectifs ou des capacités différentes, tout le monde s’est soutenu, encouragé, motivé et charier !!
Merci aussi aux supportrices/ photographe !! Que cela faisait du bien de vous voir sur le bord de la course et à l’arrivée avec la ferveur que vous avez mis à nous soutenir et le réel plaisir que vous avez pris à nous accompagner.
Les mecs soyez fier car il y a besoin aussi d’une personne compréhensive à ses côtés pour réaliser ce rêve du marathon et accepter les sacrifices qu’il faut faire pour y arriver !!

L’experience Marathon c’est :
Vendredi soir tu te demandes si tu n’as rien oublié. Je suis un toqué. J’ai du refaire 18000 fois le tour de l’appart. Tu n’arrives pas à dormir malgré un levé à 3h30 du mat’. Pas grave, tu vas réaliser l’un de tes rêves d’adulte.

Samedi matin décollage à 5h du mat’ de Marbache pour un voyage qui va nous demander quelques arrêts pipi.
Prise en main d’une maison de dingue dans un top quartier. Bravo Micael Tinoco. Bon choix.
On prend le chemin pour Amsterdam pour le retrait des dossards. Super expo et on fait nos touristes du running et repartant tous avec une veste ou un petit truc du Marathon.
Petit passage dans le ville pour visiter un peu. On ne voulait pas trop marcher. Bon 15 bornes la veille du marathon.
Retour à la maison ou mesdames nous préparent un bon petit repas veille de Marathon. Poulet lait de Coco et pâtes bien sur. Et puis au lit pour être en forme le lendemain.
J’oubliais, on prépare les bons gatosports pour le lendemain.

JOUR DE MARATHON
Levé 5h30.
Tu revérifies 15 fois tes affaires.
6h: Petit déj
7h30 décollage et là c’est parti.
Stress pour arriver à l’heure.

Les métros sont blindés. C’est pas rien 16000 coureurs et accompagnants qui se pointent.
Au final à 9h20 arrivé devant la consigne ou on jette nos sacs car départs 9h30.
Les organisateurs poussent pour rentrer dans le stade ou on entend à l’entrée dans le sas de départ le coup de pistolet du départ.
0 km: Et c’est parti pour l’épreuve, le défi avec Micael à mes cotes au début que je laisse vite partir pour ne pas me griller!!
Les km s’enchainent avec du monde partout, de l’ambiance, des groupes de musiques.
10eme km : Les doigts dans le nez.
12eme km à gauche les filles qui nous supportent et prennent les photos en pleine forme. Un vrai fan club.
13eme km je croise mika qui va dans l’autre sens. Il est en forme le beau frère.
14ème km je croise cette fois Yann qui nous rattrape petit à petit
Et la c’est parti le long d’un canal pour la grande boucle!! De superbes maisons, de l’animation et les riverains qui nous soutiennent comme si le Tour de France passait devant chez eux!!
18ème km: On voit les premiers marcheurs. Je les plaint et une femme qui s’écroule sans même mettre les mains de l’autre côté au niveau du semi marathon… Les premières casses…
20ème km : Yano Simon me rattrape et me double tranquille (Petit salopiot qui n’a pas préparé son marathon/ Juste 80km…) mais avec les encouragement qu’il faut (Il faut se faire plaisir)
21,1: Semi Marathon en moins de 2H. Donc l’allure est bonne
24/25eme km: De petites douleurs articulaires commencent à arriver. Genoux, hanches, Muscles qui se raidissent. La tête est la. Le souffle aussi. C’est pas grave.
Pourtant j’ai suivi les conseils. pas trop habillé, boire, s’arrêter à tout les ravitots, est….
26ème km: Je cherche les fils « à gauche » qui redonneront un regain d’énergie et qui prendront quelques photos…
Fanny Uhl est tellement motivée qu’elle cours avec moi en me disant que les autres ont mal aussi!! Et oui je suis le plus lent mais je le savais au départ donc pas grave. C’est mon combat…
Et la jusqu’au 32ème km. Combat contre les douleurs certainement ce fameux mur!! Donc on y va étape par étape , pas à pas et repense à tout ce qu’on a fait pour en arriver là et ON NE LACHE RIEN.
Surtout qu’au 32ème j’espère voir mon fils sur le grand écran prévu à cette effet avec les messages de soutient que j’ai fait avec lui.
Et c’est le GRAAL!! Mon poumon sur grand écran qui me parle pour me pousser jusqu’au bout!! Les larmes me montent encore en écrivant ce post!!! Je filme pour garder ce souvenir!!! C’est le km émotion car tout les autres coureurs ont aussi le droit à leur message!!
Le MUR, rien à foutre pendant 1km.
Plus que 10km!!
On tire 35km c’est pas loin!!
Mais les 5km suivant c’est quand même long!! On tient bon!
On fait les ravitos à chaque fois, chaque étape!!
Mes jambes sont dures comme du béton!! ON TIENT BON.
C’est quoi 7km!!
Au 37ème, la petit coup de cul qui fait du mal avec le passage sous un pont on voit la petite cote qui va bien faire mal après.
Et les 4 derniers km sont plein de monde qui soutiennent.
Des enfants sur le côté nous tendent les mains pour nous donner de la motivation!! Les lapins DURACELL sont là au 39ème.
Je suis dans les temps et même au delà de mes espérances!!
On ne lâche rien!! Dernier gel dans la douleur au 40ème km.
Plus que 2. Il y a vraiment de la casse sur la fin et beaucoup marchent mais pas nous!! On est des WARRIORS!!!
41km: Les secours s’occupent d’un mec en pleine crise sur le côté!! Le pauvre!! C’est pas juste à ce niveau de la course mais le marathon est à priori impitoyable!!
Dernier km: Des ailes, sur un nuage, avec les jambes en feu!! La foule qui crie, motive, hurle, des inconnus crient nos prénoms!! C’est l’euphorie!!
Complètement connecté, je sors mon téléphone pour immortaliser cette arrivée dans le stade Olympique d’Amsterdam. Imaginant ces six mois de sacrifice, de combat contre soi même, d’obstacles et de victoire!! J’y suis…. La ligne d’arrivée est là…
300,200,150 mètres. Les filles sont là à hurler dans les gradins pour nous motiver et nous féliciter. Vidéos et photos à l’appui!!
Arriver un faisant la petite danse de la victoire, les larmes aux yeux!!

JE L AI FAIT!!! J’ai gagné mon combat!! La clope, l’alcool, la bouffe, la vie…
Je suis MARATHONIEN mais surtout un nouveau moi avec une nouvelle vie qui démarre….

Manquait plus que mes fils sur cette ligne d’arrivée!!
Les messages de félicitations pleuvent sur mon téléphone. Tellement de gens nous ont suivi via l’application.
Des messages hyper touchant de mes parents, Florence Delcamp, Fanny Pttvll, Bouchra Davalle, Sylvain Mgnt et j’en oublie….
Merci MERCI MERCI.
Encore à toi une fois Micael Tinoco un très grand MERCI pour avoir allumé l’étincelle qui m’a fait me reprendre en main…
Et Maintenant, je fais lequel autre……. de marathon?

 

Vous avez aimé cette histoire de course ? Offrez une médaille à Johann en cliquant sur la médaille ci-dessous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *