Marathon de Florence by Céline

Celine-Marathon-de-Florence

Céline, après avoir raconté son Marseille-Cassis sur ce même blog, revient aujourd’hui sur son Marathon de Florence, son 1er Marathon !

Il y a des matins, comme celui là, où tu es déjà réveillée bien avant la sonnerie qui doit normalement t’extirper de ton sommeil 💤 

Des matins comme celui là, où tu sais que tu vas vivre quelque chose qui te fais autant envie que peur.

Fort heureusement, ce matin là, j’étais avec ma Challengeuse (qui n’en menait pas large non plus 😅).

Ce matin là, la pluie se fait entendre à travers notre fenêtre, les gouttes frappaient violemment le sol du patio, nous avons réussi à faire abstraction, enfin en surface car notre sérénité, elle prenait l’eau…

Ce matin là, nous nous sommes préparées , religieusement nous avons suivi notre « protocole », petit déjeuner sportif en mode improvisé et tasse de thé devant les regards pesants des autres participants 👀 dans la salle de repas de notre hôtel 🏨 

C’était quasiment l’heure de partir, j’attache mes cheveux et je fais une tresse pour penser à mon PetitChat 👦🏻 et l’avoir avec moi ❤️

Ce matin là, nous partons frôler le pavé florentin, courir les monuments à travers un parcours prédéfini 42.195km 🏃🏼‍♀️ 

On entend la musique, le speakers, la tension monte, on croise tant de baskets et de dossards, on remonte les SAS un par un jusqu’au moment d’accéder au notre… Le dernier (et oui comme c’est mon 1er semi on m’a casé tout au fond 👉🏻)

Ce matin-là,  j’étais sous la pluie, le sourire un poil crispé et gelé mais les sms de mes proches rechaussent bien plus que mon cœur ❤️

Ce matin là 8h42, je passe l’arche pour m’élancer sur mon premier marathon, je propose à Mélissa de rester ensemble, on rit beaucoup, le stress s’envole, on double beaucoup, a chaque kilomètre, on commence le décompte…

5km ça passe à l’aise tout comme le 10km, je suis en avance sur mes temps de passage, depuis le 8ème traversée dans le Parco della Cascine en extérieur de la ville, la pluie devient de plus en plus violente, il pleut super fort, nous sommes complètement trempées, mais le moral lui est imperméable.

15ème Km un ravitaillement solide, enfin… de la banane pas grave ça passe, je bois et ça repart, on revient dans Florence passage plein de charme sur le Ponte Vecchio, les cloches de la ville sonnent et c’est magique, de l’autre côté de l’Arno, les premiers attaquent la fin de leur course 🙄 et nous… on arrive au 20eme km pour nous réchauffer le thé passe comme une bénédiction 🙏🏻

Allez on repart le semi nous attend, j’hallucine de toujours être aussi bien et joyeuse 🥳

Je sais depuis le 10ème kilomètre que j’irai jusqu’au bout 💪🏻 le moral est bien accroché tout comme ma détermination!

« Melissa il nous reste combien de km? »

– La moitié 🤩 

Jusque là tout va bien 🙃

21.1km la course commence maintenant, mon temps de passage a pris un coup mais est ce bien important?

Je passe le 25 ème et je réalise qu’à partir de là, je n’ai jamais couru autant, ça me grise, ça m’emballe mais je sens qu’à côté Mélissa vit moins bien le moment, j’essaye de faire le clown, de dire des choses décalées mais rien n’y fait les larmes de ma challengeuse commencent à s’échapper de ses jolis yeux, j’essaye de ramasser son moral pour lui redonner de la légèreté 🎈 

Ma mission a partir de maintenant est de booster ma binôme et de lui donner de ma force et de mon enthousiasme!

30ème km : 

« Melissa il nous reste combien de km? »

  • Je ne sais plus? 😅

Je propose de faire autrement et de lui dire qu’à partir de maintenant il ne nous reste plus que 12 panneaux avant l’arche…

Je la motive, je l’encourage et parfois je la gronde mais juste avec bienveillance (Pardon Mélissa 🤭)

Du 30 au 35ème km j’ai trouvé ça long et pénible, aucune douleur, pas de crampe mais je suis un peu lassée le parcours est moins beau, c’est LONG 😅 sur le mur du stade que nous allons traverser une inscription : ANDREA et là je pense fort a lui, j’espère qu’il sera fière de sa maman 😌

35ème Allez, plus que 7km c’est quoi 7km? C’est une petite sortie, une mission du jeudi sur @squadrunner

36ème Mélissa me promet qu’elle ira au bout, me dit de continuer, je sais qu’elle n’abandonnera pas, comme je lui ai dit « on n’abandonne pas après autant d’effort, on n’aura pas de moitié de médaille »

Je sais qu’elle est derrière alors j’avance sous les sms de mes proches qui se font de plus en plus enthousiastes, ils suivent l’avancée et le rapprochement de la fabuleuse arche, ma montre bipe à tout va tout comme mon cœur, les émotions se bousculent, les larmes commencent à glisser sur mes joues, j’aimerais tellement voir un visage familier, j’aimerais tant voir les gens que j’aime, leur montrer que j’y suis arrivée, que je suis là si proche du but, que je vais ramener la médaille pour mon PetitChat 🤗

Je sens que de NICE la folie s’empare des miens, ma montre s’excite à coup d’encouragements et de mots plein d’amour… ils sont avec moi, ils sont là pendant que je tourbillonne dans les ruelles du Centro Storico sur du pavé bien mouillé et forcément bien glissant 😬 ça ne m’effraie pas, j’avance pour gratter des mètres à chaque foulée…

40ème dernier ravitaillements, un thé pour me réchauffer bu d’un trait pour ne pas perdre plus de temps, « grazie e ciao » j’ai un marathon à finir 😇 comme dit Solène à 40 c’est fini, maintenant c’est que du Bonus… Profite 🤩

Plus que 2km et des brouettes, c’est fini, en même temps je suis nostalgique, dans quelques minutes tout cela sera fini, cette grande fête se terminera, ces heures de préparation, toutes ces sorties faciles ou difficiles, les km, les paysages, les humeurs, les sacrifices, l’envie et la motivation, tout ça me revient et m’échappe déjà, je suis en train de clôturer ce défi qui sera à jamais en moi

41ème km c’est bon ça, c’est trop bon mais il est bien long ce km non?

42ème km en larmes, limite j’aurais pu me noyer dans ce débordement lacrymal, 195m qui me séparent de mon objectif, 195m sous les encouragements, la musique, une horde de parapluies derrière les barrières, je ne sais plus, je ne vois plus rien, je réalise et en même temps je suis anesthésiée, c’est tellement bon, c’est tellement fort, c’est tellement à moi…

Je passe l’arche avec le sourire salée de mes larmes, le téléphone sonne immédiatement… « Allo Maman? Je suis trop fier de toi, tu es la plus forte des Mamans 💪🏻 »

Et la… Plus rien ne peut m’atteindre, la mission est remplie ❤️ 

Ce matin-là, je suis devenue marathonienne 🏅⚡️

PS : Mélissa qui n’a rien lâché est arrivée 2 petites minutes après moi 🤩 Je suis sacrément fière d’elle ⭐️

Merciiiii à vous tous pour vos messages, vos conseils, votre bienveillance, vos encouragements, votre écoute, pour tout ce que vous avez pu partager 

Merci à mon incroyable petite sœur pour tout son soutien, son enthousiasme et ses mots qui font chialer 😍

Merci à ma fabuleuse famille, j’ai de la chance d’avoir autant d’amour, de soutien et de folie ❤️

Merci d’avoir cru en moi sans jamais faillir 🙏🏻

Merci Mélissa d’être mon amie et d’avoir rendu tout cela possible 💕

« Seule je cours un semi à deux on a fait un marathon » #challengeuses 

Vous avez aimé cette histoire de course ? Offrez une médaille à Céline en cliquant sur la médaille ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *