Semi marathon #Runinlyon 2018 by Patrick

patrick-semi-lyon-arrivée

Patrick s’est lancé un défi en soufflant sa 60ème bougie : courir un semi-marathon en moins d’1h40 : a-t-il réussi ? Il nous raconte tout !

 

Voilà, nous y sommes, le 7 octobre, il est 6h30, je suis sous la couette et il pleut dehors.

Alors j’ai beau avoir couru 15 marathons et une bonne vingtaine de semis, c’est toujours la même chose, j’ai une boule dans le ventre, j’ai le trac en fait. Je cours moins depuis quelques années (pépins divers que tout dévoreur de bitume a ou aura connu).

Mais je viens d’avoir 60 piges et me suis lancé un défi : courir un semi en moins d’1h40… Moi qui passais régulièrement sous les 90 minutes, il y a une dizaine d’année.

Alors moteur, aujourd’hui je le sens bien ce semi… Départ de l’hôtel, il pleut et alors ? Rien à faire, je trottine (2 kil.) jusqu’au départ, l’ambiance est bonne, je me positionne dans le sas, on papote à droite à gauche, j’adore cette ambiance… Les sensations sont bonnes… Départ, un peu nerveux quand même, je me glisse dans ma bulle, le parcours est très sympa et les bénévoles, courageux et aux petits soins. Il pleut je n’y vois pas grand-chose sur ma montre… Mon fil conducteur sera le meneur d’allure, je l’entends, derrière moi, il encourage ses troupes, il a l’air sympa.

patrick-semi-lyon

Les 10 premiers kil, pas de souci, le faux-plat du 7ème, du « gâteau ». Rien ne m’empêchera de tenir mon allure (4’42 au km). Traversée du pont à Collonge (petite pensée pour Mr Paul) et demi-tour sur la Saône. Retour par l’autre rive… J’ai la pêche, dès que le meneur me titille, j’accélère un poil, le tunnel, un peu long, on s’accroche. Petite pensée pour les marathoniens et marathoniennes lorsque nos routes se séparent, respect ! Le final, ça commence à tirer, mais je prends tous les encouragements au passage, même s’ils ne sont pas pour moi, les jambes sont lourdes, mais l’entrée sur Bellecour et ce tour interminable de la place n’y changeront rien, je passe la ligne, je montre ma montre à un monsieur, il me confirme 1h39mn22. L’émotion me submerge et la gentillesse des bénévoles fait le reste. Une dame me passe la breloque autour du cou, je suis heureux.

Contrat rempli. Le plein de confiance pour aborder cette nouvelle décade. Merci la vie.

 

Vous avez aimé cette histoire de course ? Offrez une médaille à Patrick en cliquant sur la médaille ci-dessous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *