SportS2 Trail du CHU Liege by Florence

Florence-Lechien-arrivee-trail

Florence nous raconte son SportS2 Trail de 30km et 1000 m D+ organisé par le CHU Liege. Elle ne travaille pas au CHU mais elle s’est lancée dans le trail et a souhaité se lancer ce joli défi !

 

Bonjour à tous, ici Florence! Si tu me lis, c’est que nous partageons la même passion. Cela fait quelques années que je cours, mais un peu en dents de scie, pas toujours régulière. Avant cette année, je faisais beaucoup de courses à pied sur route principalement. Mais cette obstination du chrono m’a déçue plus d’une fois. Adorant la randonnée, je me suis lancée dans le trail! Quel BONHEUR de partager course à pied et marche mais dans les bois, de découvrir de magnifiques coins de nature et d’amortir les chocs avec ce sol plus agréable que le bitume. Je me suis déjà essayée à des 21 km, mais une envie folle de me dépasser me titillait les doigts de pieds.
Je suis tombée sur un trail, pas trop loin de chez moi. Organisé par le CHU de Liege (oui je suis belge) en association avec la recherche médicale dans le sport. 30 km et 1000 m D+. Je m’inscris sans réfléchir sur un coup de tête.
Je continue mes sorties courses à pied comme d’habitude. Plus la date approche, plus le stress monte. Le jeudi avant la course, on reçoit des amis, nous mangeons bien et buvons un coup. S’en suit une horrible insomnie « Vais je y arriver? », « N’aurai je pas du aller dormir tôt et juste manger un repas léger? », « Arrête de réfléchir et dors! ». Réveil difficile le vendredi, grosse journée de boulot et le soir, je passais la nuit en chambre d’hôtes avec un repas 3 services. OUPS. Heureusement j’ai dormi comme un bébé! Je dois avouer que les lits étaient d’un confort. Un bon petit déjeuner vers 9h30 et je file chez moi me préparer!
1,5 L d’eau sur le dos, des amandes, des dattes, des barres, 1 compote et des Dextro Energy et hop c’est parti. Me voilà arrivée sur place, m’étant inscrite seule, je regarde autour de moi après des têtes connues, aucune. Le départ des 30 km approche… Je regarde les gens autour de moi, une majorité d’hommes qui ont l’air très équipé. Tant pis, j’y suis. Et si je suis dernière et bien j’aurai le mérite de l’avoir fait! Quelques consignes au micro et HOP le top départ est lancé.
Je ne démarre pas trop vite. Après un peu de bitume nous entrons sur des sentiers. Je suis une fille et commence à papoter avec elle, après tout je me suis donnée 4h30, autant faire connaissance. Elle s’appelle Aline et court pas mal de trails, en Suisse, en France. Je me repose la question « Qu’est ce que je fais ici?! ». En bavardant (oui, oui, on descendait, le CHU de Liege est un point culminant), elle me dit que 100 m D+ équivaut à 1 km à plat. Donc 30 km et 1000 m D+ vaut 30 km + 10 km à plat, en fait je fais un marathon c’est ça?! Finit de descendre. Un peu de plat et puis le début des côtes, je dis au revoir à ma nouvelle coéquipière qui gère beaucoup mieux les montées que moi. A oui, je ne vous avais pas dit? Je HAIS les côtes! Le trail est un défi et dépassement de soi à chaque fois que je chausse mes « baskets ». Je marche, je cours, je bois, il fait bon ; ni trop chaud, ni trop froid. Juste parfait. Je me retrouve avec un homme que je suis. Je le dépasse dans les descentes et lui dans les côtes. Je vois des traileurs au loin devant et personnes derrière. Les jambes ça va, le souffle ça va! Je me sens tellement bien. Premier ravito au 8 ème km, un coup d’eau, un morceau de banane et c’est reparti. Les kilomètres défilent. Après le 10 ème km, nous nous retrouvons sur une crête avec une vue magnifique sur la vallée. Mon compagnon de route me dit que ça s’appelle la Roche aux Faucons. On s’arrête même quelques instants pour admirer. J’en profite pour faire une petite vidéo à mon frère (blessé à la jambe, il ne fera pas de nouveaux trails cette année). Je grignote un bout, les kilomètres défilent. Le cotes, les descentes, les bois. On traverse des villages. Le parcours est vraiment génial! On passe dans des prés où je dépasse un groupe de 3 trailers et l’homme avec qui je courrais plus ou moins depuis plus de 5 km. Ouf, je ne suis plus la dernière. On remonte un bois par une sorte de ruisseau asséché, on dirait même un petit canyon. Impossible de courir, même les mains participent. Arrivée au bout, un autre montée m’attend. Mon compagnon de route me rattrape. Il a des bâtons, ça l’aide beaucoup pour grimper, je songe à investir, si vous avez des conseils! On se rapproche des 21 km. Mon cœur s’emballe un peu car je n’ai jamais couru plus. Pour fêter cela, nous devons traverser un pré avec des cheveux. Une gêne au genou gauche s’était installée quelques kilomètres plus tôt, mais totalement gérable. Mais au fur et à mesure les descentes me font mal au genou. Je le signale à l’homme avec qui on se suivait. Il me dépasse et continue son bonhomme de chemin. STRAVA me parle, 22 km et une énorme côte. Ils avaient dit ravito au 22ème, ou est il? Je sature un peu, mal au genou, le chemin que je suis est pentu mais nous le parcourons en horizotal. Je me dis, c’est le moment de prendre ma petite compote adorée… sacrilège, elle est restée dans mon frigo. Une datte et des amandes feront l’affaire. J’essaie d’être stable sur mes pieds. 23 km, 24 km… me-suis trompée? Suis-je tellement lente que ce fameux ravito est parti? Non, bonheur! Mon compagnon de route y est déjà, il repart quand j’arrive. Ce sera la dernière fois que je le verrai. Je mange (beaucoup), je me sens bien à l’arrêt. J’explique que j’ai mal au genou, les bénévoles me disent que si ça ne va pas je peux rester avec eux. Non! C’est mon trail, mon défi, je veux y arriver. Ils me confirme qu’on est bien au 22 ème km. STRAVA ce menteur. Il a 2 km d’avance sur le parcours officiel. Donc il m’en reste 8 et non 6. Allez, 8 km c’est une petite sortie habituelle d’après journée. Tout à fait jouable. Les bénévoles du ravito m’annoncent une grosse côte à venir. Ils ne bluffaient pas. Je commence à en avoir un peu marre. Je croise un autre bénévole, je suppose qu’il vérifie qui est le dernier, pour le coup je sais que ce n’est pas moi. Il m’encourage. J’alterne marche et course car la douleur au genou est persistante. Les kilomètres diminuent, je croise des promeneurs qui me questionnent sur les coureurs, je leur explique. Ils m’encouragent et me félicitent. Je vois le CHU au loin, mais on le contourne, allez courage. J’aperçois deux signaleurs qui me notifient qu’il ne reste que 2 km et me demandent si je suis la dernière. Et non, toujours pas là dernière! Je marche pendant presque les 2 derniers kilomètres car ça monte. Je l’aperçois cet hôpital! Allez on finit en beauté, on court. J’arrive a l’entrée arrière du bâtiment, et la, une bénévole me dit « prenez la cage d’escalier, montez les quatre étages et suivez le tapis bleu » WHAAAAAT? 4 étages? On y est presque… je les monte, traverse l’hôpital en courant sur ce fameux tapis bleu en étant félicitée par les patients. J’aperçois l’arrivée, je la passe! Je l’ai fait, j’ai fait 30 km de trail pour la première fois de ma vie. Je n’ai plus de jambes, je suis fatiguée mais tellement heureuse! On me félicite et je reçois même un chèque cadeau, donné au hasard! Super, il me faut des nouvelles chaussures de trail. Je prends la pause car je veux immortaliser ce moment.
Florence-Lechien-Trail
A cet instant, l’instant ou je franchis cette ligne d’arrivée, une joie immense s’empare de moi. C’était tellement intense, magnifique.
Et surtout une immense fierté. J’ai mis 4h23 pour ces 30 km et 1000 m D+ et je suis tellement heureuse. J’ai découvert des magnifiques paysages, une entraide de la part des autres traileurs, de l’encouragement de la part des bénévoles et de l’admiration de la part des marcheurs rencontrés. Et tout ça, ça n’a pas de prix. Un peu fébrile, je repars de ce trail en me disant « C’est quand le prochain? ».
Mais aujourd’hui, lundi soir je marche comme un canard tellement j’ai mal aux jambes. Mais ce n’est pas grave. J’ai appris que j’étais 3ème avant la fin. Ça non plus ça n’est pas grave. Car des étoiles dans les yeux je vais en avoir jusqu’à mon prochain trail… en novembre… qui s’appelle justement Le Trail des étoiles !
Florence
Vous avez aimé cette histoire de course ? Offrez une médaille à Florence en cliquant sur la médaille ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *